Share Vote rapide

Poll - lien

500 px
350 px
250 px
Aperçu

- Aperçu du widget :

Largeur - px Hauteur - px

Fermer l'aperçu
! Vous utilisez un navigateur incompatible Votre navigateur n'est pas optimisé pour Toluna, veuillez installer la dernière version Mettre à jour
Notre Politique de Confidentialité régit votre adhésion à notre panel d'influenceurs, vous pouvez y accéder ici. Notre site utilise des cookies. Tout comme dans le monde réel, la vie est plus belle avec les cookies. Pour en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, consultez notre Politique relative aux Cookies.

appy8

  Il y a 5 mois

Véritable emblème, on le trouve aujourd’hui sur tous les frontons des mairies des villes...
Fermé

.... de Bretagne.


Il n'est pas très ancien, c'est ce qu'on appelle un drapeau "moderne" puisque récent. C’est un jeune architecte nommé Morvan Marchal, militant nationaliste breton, qui est à l’origine du Gwenn-Ha-Du (ce qui signifie Blanc et Noir) entre 1923 et 1925.

En effet, suite à la guerre 14-18, le mouvement régionaliste breton souhaitait obtenir un drapeau pour représenter la Bretagne et il choisit alors la création proposée par Morvan Marchal : le Gwenn-Ha-Du, inspiré du drapeau américain qui était un véritable symbole de liberté et d’indépendance.

Le Gwenn Ha Du est le drapeau breton le plus moderne, mais chaque province et pays historiques bretons détiennent d’autres drapeaux bretons.

Le drapeau est une sorte de mix entre le drapeau des Etats-Unis, le drapeau Grec et le drapeau du Libéria. Il se compose de 11 mouchetures d’hermine. La disposition de ces hermines sont, de haut en bas, de 4, 3 et 4.

Ce nombre précis n’a aucune signification connue, cependant le choix de l’Hermine, un symbole fort en Bretagne, fait référence à une légende : on raconte que la duchesse Anne de Bretagne se baladait sur son cheval lors d’une journée hivernale et qu’elle aperçut alors une hermine à la fourrure blanche traquée par des chasseurs. L’hermine se retrouva acculée à une mare boueuse et préféra faire face aux chasseurs et à la mort, plutôt que de salir et de souiller son noble pelage blanc. La duchesse obtint alors la grâce de l’hermine : c’est à cet instant que cet emblème de la Bretagne vit le jour.

Ensuite, on compte aussi 4 bandes blanches et 5 bandes noires : ces 9 bandes représentent les 9 provinces / pays historiques de Bretagne :
- 4 bandes blanches pour la Basse-Bretagne (Leon, Cornouaille, Trégor, Vannetais)
- 5 bandes noires pour la Haute-Bretagne (Dol, Rennes, Nantes, Saint-Malo, Saint-Brieuc).


Pour la première fois, en 1925, le drapeau breton est exposé dans la ville de Paris à l’occasion de l’exposition des Arts décoratifs. Et deux années plus tard, en 1927, plusieurs mouvements politiques bretons décident et décrètent que le Gwenn Ha Du serait désormais le drapeau national de la Bretagne.

Après cette décision, une immense majorité des associations culturelles de Bretagne utiliseront le Gwenn Ha Du. Il fera également ses premières apparitions dans les oeuvres et livres.

Pendant près de 30 ans, il sera interdit par les autorités qui ne souhaitant pas voir de référence à la Bretagne. Puis, à partir des années 60, il aura enfin l’autorisation pour être hisser où bon lui semble sans aucun problème.

A la fin des années 60/70, la France subit de forts troubles qui auront pour conséquence de raviver l’amour des Bretons pour leur drapeau. Il sera également fortement utilisé lors d’un match de football magique, entre Sedan et Rennes lors de la Coupe de France. Il devient encore un peu plus, le drapeau de la terre des bretons.

Depuis, la popularité du Gwenn Ha du ne cesse d’augmenter. On le trouve toujours sur les mairies, conseils généraux, conseil régional et bien sûr, lors des manifestations culturelles, musicales : Festival des Vieilles Charrues, Festival Interceltique de Lorient, Festival du Bout du Monde, etc.


A l’heure des réseaux sociaux, les Bretons sont partout et avec l’apparition de Facebook en 2004, le drapeau breton y trouve également sa place avec un recensement des porteurs du drapeau. Cela donnera naissance au Breizh Flag Trip Tour. L’objectif étant de se prendre en photo avec le drapeau partout dans le monde et diffuser sa photo sur le réseau social Facebook ou directement sur le site internet de l’association.

L’industrie du tourisme s’est également approprié toute l’histoire du drapeau breton pour proposer aujourd’hui dans leurs boutiques des autocollants pour voitures, cartes postales, vêtements…

Les banques aussi surfent sur la vague en proposant notamment des cartes bancaires personnalisées sur le thème du drapeau breton.

La nouvelle réglementation sur les plaques d’immatriculation a fait également le bonheur des bretons et non bretons, puisqu’aujourd’hui un breton exilé sur Paris par exemple pourra arborer fièrement le logo de la Bretagne sans résider dans sa belle région.


Alors maintenant il ne vous reste qu'à nous raconter l'histoire du drapeau que vous aimez, ou de la région où vous résidez. Je suis impatiente de vous lire.

Euh ! ne me cherchez pas sur Facebook avec le drapeau breton, je n'y suis pas et je n'ai pas de drapeau breton. Et en plus, je ne réside même pas en Bretagne ! snif
Mais tranquillisez-vous, je suis bien où je suis
Répondre

CorinneL

  Il y a 5 mois
Quand je vais voir de la famille en Bretagne, beaucoup de maisons ont le drapeau
0 commentaire(s)

Copié dans le Presse-papiers

Vous y êtes presque

Pour créer du contenu sur notre site il faut

Vérifier votre email / renvoyer
Je visite d'abord

OK
Annuler
Nous avons désactivé notre option de connexion via Facebook. Veuillez entrer votre e-mail Facebook pour recevoir un lien de création de mot de passe.
Veuillez indiquer une réponse valide pour E-mail
Annuler
Téléchargement en cours...
Télécharger une image pour rendre notre site plus joli.
Télécharger une image